Vo Eci [Impératrice Noire]

Aller en bas

Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Vo Eci le Jeu 16 Oct - 23:15

Royaume d'origine : d'Irianeth
Prénom : Vo Eci Genowifa Terra ― «La Reine de Glace sur Terre» dans les langues mortes des Immortels, étant fille d'Immortelle. Son nom tanieth, laid et ingrâcieux, est Trom Vgratith, qui signifie «Démone de la mort». Elle préfère mieux se faire nommer Vo Eci, peu importe la personne à laquelle elle s'adresse.
Âge : 96 ans. Elle est toute jeune, toute belle, mais pas innocente.

Sexe : Féminin
Race : Hybride, mi-insecte, mi-immortelle. Elle est une maître-magicienne qui, à sa mort, devra servir les divinités...
Fonction : Impératrice Noire et Maître-Magicienne d'Irianeth.

Description physique : L'Impératrice Noire d'Irianeth est une très grande personne, tout comme son défunt père, dont la taille est exagérée par ses longues bottes à talons haut, de sorte qu'elle mesure très précisément 2 mètres. Pas un centimètre de plus, pas un milimètre de moins, chevelure aplatie, c'est comme si on avait calculé les mesures de ses bottes afin qu'elle les atteigne. Sans ceux-ci, elle ne fait que... 1m91, soit un centimètre de moins que l'ancien Empereur. Son corps est fin et mince, svelte comme les elfes, loin d'être comme les tanieths qui, même après une longue mutation, se sont humanisés. D'une couleur mauve sanguinaire aux reflets grisâtres, elle ne ressemble pas tellement aux insectes, ni aux hybrides, puisque contrairement à eux, elle a du sang d'immortel. En effet, elle possède cinq doigts par main et par pied, griffés certes, mais à la peau lisse et douce, signe qu'elle n'a jamais travaillé de sa vie, et qu'elle contrôle bien ses pouvoirs de sorte qu'ils n'abîment pas ses mains. D'ailleurs, toute la peau de son corps est douce et soyeuse, n'ayant aucune carapace comme son peuple ― de toute façon, elle n'en a pas besoin, elle sait très bien se défendre sans avoir besoin d'une armure naturelle. De son sang tanieth, elle tient tout de même des yeux à la pupille féline, ainsi que des oreilles pointues comme les elfes, mais ses iris sont mauves, tout comme le reste de son corps et ses oreilles sont trop courtes pour qu'elle ait des origines elfiques. Par sa mère immortelle, elle tient une longue chevelure qui lui atteint le bas du dos d'une couleur argentée, presque féérique pour certains, un peu translucide, mais tout de même belle et divine. Elle ressemble peut-être à un monstre pour certains, mais elle est très belle et séduisante pour son peuple ― et son âge! Niveau proportions, elle a de très longues jambes musclées qui n'en finisse jamais, aux cuisses fermes, qui sont allongées par ses bottes. Ses bras sont plus fins, mais tous aussi musclés et donc assez puissants pour tenir sa faux qui est aussi grande qu'elle, et donc lourde. Son torse est plutôt petit et semble assez large, mais c'est peut-être uniquement suite à ses grossesses et à sa poitrine qui est, il faut le dire, assez généreuse ― non pas parce qu'elle est peu recouverte mais bien parce qu'elle est née ainsi... Son cou est assez mince, long et plutôt fragile, mais elle le recouvre d'un collier protecteur. Cela dit, elle est capable de tenir sa tête bien droite même sans... Sa tête est plutôt ovale et on a facilement le goût de dire qu'elle a un gros cerveau, uniquement parce que son casque est épais et recouvre plus que sa tête. On a donc souvent l'impression qu'elle a une toute petite bouche, sans de menton, mais ce n'est pas vrai ― si, elle a une bouche fine, des goûts précis, des lèvres minces et non colorées, ainsi qu'un petit nez pointu très banal, mais elle a une tête tout à fait normale. Étrangement, elle a de très longues ailes squelettiques, à la fine membrane rosâtre qui est légèrement fragmentée sur les bords. Cependant, ses ailes sont trop faibles pour qu'elle puisse voler, et les os sont soudés à son dos, de sorte qu'elle ne peut pas les agiter. Elles ne servent à vrai dire que de décoration... qui fonctionnent, oui. Ses sujets sont toujours impressionnés par ceux-ci. Elle s'habille toujours de façon assez osée, d'une armure qui ne protège pas vraiment ses organes vitaux (sauf sa tête et son cou), tous d'un métal mauve. Elle porte en effet de longues bottes qui lui montent jusqu'aux genoux, serties de quelques améthystes, ainis que des longs gants flexibles, mais qui laissent ses coudes à l'air. Elle a un grand collier protecteur qui recouvre son cou en entier, sertie lui-aussi de quelques pierres précieuses ainsi que d'une armure qui recouvre le bas de son corps pour ensuite remonter sur ses côtes et recouvrir ses seins, laissant son dos à l'air libre ― il est protégé par ses ailes, de toute façon... Elle a aussi quelques bracelets d'argent, avec une petite paire de boucles d'oreilles, serties d'une petite améthyste, rien d'extraordinaire, juste quelques bijoux pour son propre plaisir...
Description psychologique : Vo Eci est une passionnée de la mort et des morts, qui préfère voir ses soldats morts plutôt que vivant, parce qu'elle sait que lorsqu'ils seront décédés, ils n'auront plus aucune pensée et seront immortels, et donc qu'ils seront les plus puissants guerriers au monde. Elle n'hésite jamais à achever un homme, afin de le réssuciter avec ses pouvoirs de nécromancie et d'en faire un guerrier plus puissant, plus meurtrier. Bien évidemment, elle ne tuerait jamais l'Empereur ou d'autres personnes chères à son cœur, mais cela, personne ne pourra le dire car on ne peut pas la lire. Son esprit est toujours bloqué aux autres ― sauf à l'Empereur ― et son visage est toujours de marbre, de sorte que personne ne sait ce qu'elle pense réellement. Elle est toujours silencieuse, préférant parler uniquement pour dire quelque chose d'utile. À vrai dire, elle considère les autres comme des gens inférieurs à elle, non pas par son statut mais par ses pouvoirs magiques et juge qu'elle n'a pas à parler aux faibles. Elle a tout de même un certain respect pour les sorciers, étant elle-même une sorcière, et elle vout maintenant une certaine admiration pour son mari, mais même le plus puissant soldat d'Irianeth ne l'impressionnera pas. Qu'il tue le plus grand dragon du continent, s'il le veut, personne ne pourra détruire ses morts... Les statuts, les rangs, les titres ne l'impressionnent pas; même si elle n'avait pas été impératrice, elle se serait tout de même considéré supérieure aux autres, mais peut-être qu'elle détesterait son mari. Tout ce qui l'importe, pour elle, c'est le pouvoir. Elle préfère mieux les gens puissants qu'aux gens faibles, et donc elle serait plus indulgente avec des esclaves aux pouvoirs magiques qu'avec ceux qui ne peuvent nullement se défendre. Elle ne se laisse influencer par personne, ne croyant jamais ce que les autres lui disent avant d'avoir elle-même la confirmation, mais prête tout de même une attention particulière aux propos de l'Empereur, lui faisant une confiance totale. Même les dieux ne pourront pas lui dire quoi faire, elle n'obéit qu'à elle-même. C'est aussi une personne réfléchit, qui n'agit jamais sous le coup d'une impulsion et qui peut prendre un long moment avant de répondre et d'agir, afin de s'assurer qu'elle a bien compris ce qui se passait et qu'elle va répondre de la meilleure façon, pour elle ou pour son mari. En réalité, elle n'agit jamais dans l'intérêt de son royaume. Elle ne pense qu'à son mari, puis à elle après, mais comme ce dernier défend Irianeth, elle semble agir ainsi. (J'ai repris exactement le même caractère que sur Destin, j'ai rien changé -_-')
Autre particularité : Elle possède un petit pendantif, caché derrière son collier protecteur. Il consiste en un petit cristal pur renfermant un petit cylindre verdâtre. Personne ne sait en quoi il consiste, ni d'où il vient.

Famille : Elle a un frère jumeau que peu de gens connaissent, dont elle est la seule à le savoir vivant. Où se cache-t-il? Personne ne le sait. Ce n'est qu'un vulgaire maître-magicien qui a trahi sa patrie aux yeux des anciens tanieths. Elle sait ce qu'il pense, ce qu'il ressent, étant liée à lui continuellement par son pendantif. Ce n'est pas son informateur, mais... Bien entendu, elle a un mari, l'Empereur Noir d'Irianeth, ainsi que quelques rejetons, de lui ou de quelques amants sans importance. Elle était la dernière fille de l'ancien Empereur d'Irianeth, puisque celui-ci, après son accouplement avec l'Immortelle, était devenu stérile. Elle a une quantité incroyable de frères et sœurs, mais n'en connait aucun.
Relation : Les seules personnes à lesquelles elle fait confiance sont son mari, auquel elle est reliée en permanance, comme son jumeau, et ses propres enfants. Le reste, soit qu'elle ne leur accorde pas d'importance, soit qu'elle ne leur fait pas confiance.

Pouvoirs : Étant maître-magicienne, Vo Eci a par conséquent une quantité phénoménale de pouvoirs, tous aussi puissants les uns que les autres, puisqu'elle a reçu l'éducation du sorcier en chef et qu'elle a plus d'expérience que ― par exemple ― les Chevaliers d'Émeraude, étant de loin plus vieille qu'eux. Elle a un vaste pouvoir de guérison, assez puissant, qu'elle utilise que sur les gens qu'ils le méritent. Jamais elle ne sauvera la vie d'un vulgaire soldat qui était prédestiné à mourir lamentablement. Cela dit, ses pouvoirs ont des limites, elle ne pourra jamais ramener une âme des morts ou reformer un œil. Elle peut fermer une plaie sur un poumon, mais c'est bien tout... Étant insecte, elle est naturellement connectée à la collectivité, mais elle est aussi une puissante télépathe, pouvant s'adresser à n'importe qui sur son continent et avoir des conversations privées. Elle pourrait parler à une personne sur un autre continent, mais uniquement si elle le connait et si cette personne possède une bonne télépathie. Elle ne pourrait pas s'adresser à un être non-magique, mais à son sorcier en chef par exemple... C'est aussi une bonne télékinésiste, pouvant arrêter des projectiles dans les airs, les coupant nets et secs, mais elle ne peut pas soulever des charges trop lourdes. Son poids est environ sa limite. Elle s'en sert principalement comme moyen de défense, mais elle est aussi capable de voler grâce à ce pouvoir. On pourrait facilement dire que cela ne sert à rien, puisqu'elle est capable de téléportation, mais ça peut impressioner une bonne quantité de gens faibles et limités... C'est aussi l'une des meilleurs hydromanciennes de son peuple ― car, contrairement aux insectes, elle a apprivoisé cet élément maudit, principalement sous la forme de la glace, peut-être, mais ne le craint pas. Cela lui est plus qu'utile, car elle peut faire règner la terreur par une simple boule d'eau, et congeler les infidèles en un claquement de doigt. Enfin, c'est la nécromancienne que tous craint. Elle peut créer et diriger une armée d'une cinquantaine de soldats d'élites, d'une centaine de soldats assez puissants ou deux cents soldats faibles, mais agiles, tous des squelettes se battant à l'aide d'armes en os. Elle ne peut pas invoquer deux armées à la fois ou deux types de soldats à la fois. Ils n'ont pas de pouvoirs magiques, de pensée, de logique, seulement leur force physique et leurs équipements et après qu'ils sont détruits, ils ne reviennent pas à la vie, Vo Eci doit en invoquer d'autres. Ils ne se contentent que de lever leurs armes et de les abattre sur ce qu'ils voient. Elle se tient d'ailleurs au courant des choses qui se passent dans la forteresse impériale en invoquant des petites souries qui se cachent de pièce en pièce, reportant à leur maîtresse les conversations qu'elles ont entendus. Elle se sert aussi de ses pouvoirs nécromanciens pour pouvoir contrôler un grand dragon qu'elle a tué avec sa faux, lui servant de moyen de transport, car puisqu'il n'est que squelette, il ne peut pas cracher du feu. Elle seule peut le contrôler, sauf si un autre nécromancien le réssucite pendant qu'elle ne le contrôle pas. Les seccyeths ne peuvent pas le diriger. Elle peut aussi matérialiser des objets, dont ses armes qui sont assez encombrantes.

Armes : Vo Eci se bat à l'aide de deux armes, qui sont sa faux et son fouet. Son arme principal sera et restera toujours sa longue et grande faux, dont la lame d'un métal inidentifiable fait la mesure que son corps, soutenue par un long bâton en os qui fait deux fois sa taille. La lame, ainsi que le bâton d'os est, comme toute l'apparance de Vo Eci, d'un pourpre mystique, parcourue de mystérieuses veines qui donnent une impression que le métal vie... Qui sait, peut-être que l'arme a une âme! Elle est aussi décorée, au sommet du bâton, d'une tête de mort cornu au corps serpentique qui entoure la base de la lame, mais ces petites décorations n'ont pas d'importances, aucune signification pour la jeune tanieth. Son arme secondaire, utilisée au cas où sa faux serait trop grande et risquerait de blesser ses alliés, est comme dit précédemment son fouet. C'est en réalité une longue chaîne d'anneaux argentés reliée à une poigne de métal recouvert de cuir noir, mesurant un bon neuf mètres de long. Les maîllons ont une fine pointe en forme d'aiguille, afin de causer plus de dommages à ses ennemis et l'arme se termine par un grand triangle, comme la pointe d'une épée, qui peut être mortelle lorsqu'elle vise bien. Elle se sert aussi de cette arme pour dresser ses esclaves personnels...
Autre : Elle est reliée en permanance avec son mari et son frère jumeau, par télépathie.

-----------------------

Comment avez-vous connu le forum? :
Comment trouvez-vous le forum? : Par un lien
Autre chose à ajouter? :

_________________


«I am the Second,
Alone in a faceless crowd,
A human caught,
In monochrome Dreams,
I scream to wake up,
My voice drowns deep Underground,
Only the Dead can hear Me,
See Me!
»
Vo Eci
Vo Eci
Impératrice noire

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Rang : Impératrice Noire d'Irianeth
Relation : L'Empereur Noir d'Irianeth et Vo Ere le Banni
Date d'inscription : 16/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Vo Eci le Ven 17 Oct - 0:40

Histoire : Vo Eci Genowifa Terra et Vo Ere Memore Celes étaient tous les deux les derniers enfants du dernier Empereur d'Irianeth, ainsi que les seuls enfants de l'Immortelle Madonna, chargée de donner la vie à un Empereur ou une Impératrice qui serait docile, qui écouterait les divinités et qui ne penserait pas à mettre fin à la vie sur Enkidiev. Fan de Shola, devenue déesse des bienfaits, avec l'aide de Théandras, déesse du feu, voulait donner une seconde vie à Irianeth, ayant toutes deux pitié d'eux. Suite à la mort d'Amecareth, il ne restait qu'un peuple désolé qui avait placé l'un de leurs sorciers à la tête de l'Empire. Celui-ci, étant influencé par ses anciens maîtres, voulait reprendre les terres d'Enkidiev, mais c'était sans succès, puisque les insectes avaient gardé en mémoire leur défaite. Fan et Théandras avaient donc demander à une jeune immortelle de s'accoupler avec cet Empereur et de lui donner un héritier qu'elle devrait élever dans le bien, afin qu'il puisse redonner sa splendeur à l'Empire déchu, sans qu'il n'ait à la chercher dans la guerre et la vengeance. L'être céleste accepta cette mission sans protester, même si, à l'intérieur, elle hurlait de dégoût, puis procéda dans l'accomplissement de sa mission. Heureusement pour elle, elle n'eut pas à se répéter et près d'une année plus tard, elle donna naissance à des jumeaux, chose qui était plutôt rare chez les Immortels ― et qui la boulversa profondément. Un de ces deux êtres devait un jour gouverner Irianeth, laissant le second dans la jalousie, la haine, le désolement... Pour ensuite tuer son frère ou sa sœur et prendre le pouvoir, replongeant Irianeth dans le chaos. Elle devait en choisir un et en abandonner l'autre, autrement dit... mais les Immortels ne sont pas insensibles, et même si elle détestait le père, elle aimait la progéniture...

Elle choisit donc de laisser la fille à l'Empereur, qui était sexiste, misogyne, et donc qu'il ne lui apportera aucune éducation et ne saura la corrompre et elle garda avec lui le fils, afin qu'il reçoive une éducation supérieure aux autres, parfaite et qu'il devienne le meilleur Empereur que les tanieths n'auraient jamais.
Et c'est exactement ce qu'il se produisa. Les tanieths n'eurent jamais Vo Ere comme Empereur.

Madonna avait sous-estimé le père de ses enfants, ainsi que ceux-ci eux-même. Vo Ere s'avéra être une personne complètement insensible, tuant sans broncher et riant des faibles. N'étant entouré que de gens purs, elle aurait cru qu'il aurait été gentil, intelligent et aimable, mais c'était tout le contraire. Il ne s'intéressait aucunement aux peuples d'Enkidiev ou d'Irianeth, mais adorait regarder les marrhyigorais tuer les faibles et faire des guerres. Sa mère avait beau lui dire qu'il allait devenir l'Empereur du puissant Empire d'Irianeth, il répliquait qu'ils n'étaient que des faibles, ayant été battus par Enkidiev, et lorsqu'elle lui parlait du continent des humains, il répliquait qu'ils n'étaient guère mieux, qu'ils n'étaient pas capable de défendre correctement leur continent des envahisseurs. Pour lui, seul Marrhyigor valait la peine d'y attacher une certaine importance. S'il allait diriger un jour un pays, ç'allait être celui des démons, vampires, loups-garous et pardusses. Bref, il fut un échec total du plan de Madonna qui dû abandonner tout espoir d'en faire un homme de bien, et donc de former le prochain Empereur d'Irianeth. Pour elle, Vo Eci était elle-même fichue, perdue à jamais. Après tout, elle avait perdu quinze années de sa vie, alors que son frère avait eu une formation digne d'un Immortel, de son sang de maître-magicien. Si Madonna s'était rendue compte de la tournure qu'avait pris son plan plus tôt, elle aurait peut-être pu sauver les apparances, mais il était trop tard, la jeune fille était une adolescente mature, forgée dans l'esprit tanieth et... en amour.

L'Empereur d'Irianeth n'était pas aussi idiot que Madonna avait pu le croire. Il n'aimait peut-être pas les femmes, mais il savait que sa Trom était plus puissante que tous ses enfants rassemblés ensemble, puisqu'elle était la fille d'une Immortelle. Il savait qu'elle était la seule qui pourrait venger Amecareth et réduire à néant Enkidiev, soumettant le peuple humain à l'Empire Noir. La jeune fille devint donc la princesse préférée de l'Empereur, suivant les cours des meilleurs sorciers ― du sorcier en chef même! ― se faisant chouchouter pour un oui ou un non, recevant des cadeaux à toutes les semaines, étant entraînée par son père lui-même. Elle reçut la meilleure éducation possible ― mieux que son père! ― afin qu'elle devienne l'Impératrice qu'Irianeth ne pourrait jamais rêver d'avoir ― et elle était douée! Elle excellait dans tous, dans la magie, dans la géographie, dans le maintien d'arme, dans l'histoire, dans les mathématiques, dans les langues ― elle apprit les langues humaines, tanieth, marrhyigoriennes, elfiques, féériques sans aucun problème ― dans tout! Elle devint pour ainsi dire l'excellence que rêvait l'ancien Empereur, à un tel point qu'il changea d'avis sur les femmes ― et ça, franchement, il fallait le faire!

Cependant, Vo Eci avait beau être mature, intelligente, égoïste et toutes les qualités que l'Empereur se vantait d'avoir, sa fille n'en restait néanmoins une adolescente, une être vivante capable d'émotions. Il vint le jour où un jeune homme, plus vieux qu'elle certes mais tout de même d'une beauté junévile, entouré d'une vive lumière blanche ― qui ne heurta aucunement ses yeux ― se présenta devant l'Empereur. C'était le futur Empereur Noir, le futur mari de la princesse tanieth héritière du trône. Il était grand, beau et fort, bref, le prince charmant que toutes les jeunes filles rêvaient d'avoir et celui-ci allait lui appartenir à elle seule, puisqu'elle était l'Impératrice. Cet homme se planta devant l'ancien sorcier devenu empereur, se présenta sans faire de cérémonie, puis le défia à mort, afin de prendre sa place. Le père de Vo Eci ricana et ses sujets l'imitèrent, puis il se prit une épée et bondit en direction du jeune homme. La jeune maître-magicienne, horrifiée que son père s'en prenne ainsi à son âme-sœur, sauta vers le jeune homme mais celui-ci, sans ciller une seule fois des yeux, trancha le corps de l'Empereur en deux, sans le moindre effort, montrant à quiconque qui le voulait sa supériorité sur cet homme.

Vo Eci tomba à genoux.
Elle souria.
Puis elle fondit en larmes.

L'homme de sa vie, qu'elle venait tout juste de voir, venait d'achever son père de façon si... lamentable... venait de tuer ses espoirs de faire honneur à son père et ses ancêtres en vengeant Irianeth, venait de renverser ses chances de l'épouser, oui. Elle n'était plus l'héritière. Elle n'était désormais qu'une simple esclave au service de cet homme grandiose et ça... elle ne pouvait pas l'accepter. Il avait beau être la perfection digne d'elle, elle n'allait pas se réduire à ses pieds. C'était lui qui devait la servir et non pas l'inverse! Tant qu'elle ne serait pas son égal, elle n'aurait qu'à faire d'un supérieur!

C'est ainsi qu'elle quitta la forteresse noire, laissant son fiancé reconstruire la forteresse selon ses goûts, sans savoir exactement ce qu'elle deviendrait.

Vo Ere, lui, fut abandonné sur Irianeth par sa mère qui retourna auprès des divinités. Elle avait échoué à sa mission, elle n'avait plus rien à faire auprès de lui, à lui montrer les divers continents et à tenter de lui donner une éducation d'Empereur. Il n'était qu'un simple déchet pour elle et elle avait perdu tout amour pour ses enfants ― elle n'avait jamais vu Vo Eci de sa vie! Les dieux l'avaient donc rappelée pour lui donner de nouvelles tâches à faire et elle avait donc laissé son fils sur le continent où il aurait dû prendre le pouvoir. Furieux d'être laissé ainsi derrière, déçu de ne pas avoir été à la hauteur, perdu dans l'incompréhension du mal qu'il avait apparament causé, il erra sur les terres noires à la recherche de sa supposée jumelle. Madonna lui avait longuement parlé de sa "petite" sœur, plus faible que lui, plus idiote que lui, inapte à diriger le continent et, maintenant seul au monde, il rêvait de la rencontrer, de trouver sa seule vraie famille. Il réalisa qu'elle devait être à la Forteresse, avec son père puisqu'elle était après tout une maître-magicienne, et donc plus puissante que la plupart des tanieths, mais il ne savait pas que leur père était décédé et que la jeune fille avait disparu, les insectes la croyant morte, noyée dans les océans. Il marcha en direction de la plus haute colline où se trouvait une forme noire qu'il estimait être la Forteresse Noire, mais avant que celle-ci ne se forme correctement, il tomba sur une jeune femme qui ne lui ressemblait en rien ― mais était son clone parfait.


― «Toi, qu'est-ce que t'es?» fit le frère assez méchamment, complètement dédaigneux, puisqu'il était un être supérieur à tous et que les tanieths n'étaient que des misérables fourmis sous ses pieds. Sa réponse ne se fit pas attendre : une faux se fit juste devant sa gorge, prête à lui trancher la tête.
Vo Ere se sentit pour la première fois de sa vie menacé.


― «Dégages, infidèle, ou oses désobéir à ta future Impératrice!» répliqua l'autre avec rage, ce à quoi on put entendre un rire sadique et méchant.

― «Tooi?» fit Vo Ere, en longeant sa voyelle si longuement que cela en était dégueulasse. «Reine? Sais-tu au moins à qui tu as affaire, sale pute?» Il n'eut pas le temps de continuer sa réplique, la faux avait commencé à trancher son cou. Il se téléporta en arrière de la jeune adolescente, prêt à achever la vie de cette petite insolente, mais en voulant lever la main, il se rendit compte que ses bras étaient pris dans la glace, et que cette dite glace était attachée solidement au sol; bref, il était pris. Il leva un regard surpris vers sa jumelle, étonné par sa maîtrise incroyable de ses pouvoirs ― elle l'égalisait presque! ― lorsque celle-ci balança une nouvelle fois sa longue faux vers lui. Il n'eut nul autre choix que d'utiliser ses pouvoirs. Pouvant lui aussi contrôler l'eau, il fracassa la glace en mille morceaux, tandis que son adversaire était déconcentrée de sa magie, puis tendit la main pour se saisir du bâton de la faux. Il tira sur celle-ci, ramenant l'hybride à lui pour lui assener un coup de poing sur la figure, mais Vo Eci, étant elle aussi une maître-magicienne, se téléporta plus loin avant de sentir le coup. Cependant, il avait tout de même réussi à effleurer la peau, et cela était suffisant pour son pouvoir personnel : celui de connaître toutes les mémoires de ses victimes.

Et il en tomba à genoux, le visage trempé de ses larmes.

Vo Eci eut un mouvement d'hésitation, puis fit disparaître son arme. Ce pauvre connard s'était lui-même K.O. en se rendant compte comment elle était si supérieure... Il faisait si pitié! Non mais vraiment, qu'est-ce qu'il lui prenait? Quel taré! Il était une honte à la race, une honte au sexe masculin, un honte à ses pouvoirs ― car oui, elle était capable de reconnaître qu'il avait de grands pouvoirs magiques. Peut-être que lui aussi était un maître-magicien? Enfin, peu importe, il s'était tassé et elle devait aller plus loin pour avoir plus de puissance. Ce n'était pas le temps de voir des chiots s'appitoyer sur son sort!


― «Vo Eci... MERDE!» cria le jeune homme, ce qui surprit la jeune princesse tanieth, s'étonnant qu'il sache soudainement son nom ainsi. «Comment tu peux être ma putain de sœur... MERDE!» se demanda-t-il, et Vo Eci en fut bouche bée. C'était lui, son frère jumeau qui avait été enlevé par les divinités humaines égoïstes qui avaient balancé Irianeth dans la misère noire? Eh bien... Il leur ressemblait! «Merde, c'est pas juste, c'est moi qui devait devenir l'Empereur de ce continent, pas cet enfoiré qui a tué... tué... tué...» Vo Eci leva les yeux au ciel. Bon, voilà, il était trop bon pour leur père, il n'était pas capable de le nommer, il ne pouvait pas se rabaisser à ce niveau. Pourquoi n'avait-elle pas de rayon noir qui carbonisait sur place les pauvres petits enfoirés comme lui? Cela faisait à peine cinq minutes qu'elle avait rencontré son frère jumeau qu'elle était écœurée à vie de lui!

Le jumeau se releva, avala une boule d'émotions dans la gorge ― pitié! Il n'avait eu qu'à se pointer avant s'il voulait à ce point être l'Empereur! ― puis leva le visage vers sa sœur.

― «Je vais aller reprendre mon héritage. Je vais lui montrer comment on est puissant... On est pas les enfants de Madonna pour le rien!» fit le jeune homme en pognant le bras de sa jumelle surprise, les téléportant dans la forteresse, puisqu'il avait les mémoires de l'hybride mauve dans sa tête.

Ils apparurent donc tous les deux devant le nouvel Empereur Noir, tout frais, tout nouveau, tout jeune, tout surpris de voir deux illustres inconnus devant son trône. Vo Eci se dégagea de son frère qui fit un pas vers l'avant, diminuant l'espace vital entre lui et Son Excellence.


― «Toi, tu dégages!» fit-il avec une voix qui se supposait menaçante, mais qui n'impressiona guère l'âme-sœur de sa sœur.

― «Oh, parce que si je refuse, tu vas sauter une petite coche?» répliqua l'Empereur en ricanant, amusé qu'un petit morveux comme lui oses s'adresser à lui ainsi. Après tout, depuis son arrivée, il y a plusieurs mois, tous les sujets d'Irianeth le craignaient comme la peste et lui obéissaient à doigt et à l'œil. Enfin... il allait pouvoir s'amuser. Vo Ere ne répliqua rien. L'Ère des Mémoires Célestiales n'avait rien à dire à des hommes comme lui, qui se croyaient tout permi. Il leva sa main parfaitement humaine dans les airs, puis, la seconde d'après, cette dite main se retrouva dans la poitrine de l'Empereur qui lâcha un cri d'agonie. La seconde suivante, le jumeau rebelle se retrouva avec un bras en moins.

Vo Eci aimait l'Empereur. Elle n'allait pas laisser son jumeau, même s'ils partageaient la même chair, le même sang, le même utérus, tuer l'assassin de leur père. Il n'en était défénitivement pas question!

Vo Ere regarda avec horreur sa jumelle, tenant son épaule sectionnée, puis disparut, laissant son membre traîner sur le trône de marbre, pendant entre les deux jambes de l'Empereur blessé, souffrant terriblement, une main tenant faiblement le bras qui se vidait de son sang, tentant désespérément d'arracher l'intrus de son corps.
Vo Eci
Vo Eci
Impératrice noire

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Rang : Impératrice Noire d'Irianeth
Relation : L'Empereur Noir d'Irianeth et Vo Ere le Banni
Date d'inscription : 16/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Vo Eci le Ven 17 Oct - 1:27

La princesse tanieth posa sa main sur celle de l'Empereur, se mit à genoux sur celui-ci, puis saisit le bras de son frère afin d'y infuser une énergie de couleur lilas. Elle retira alors tranquillement le membre, sans faire souffrir le maître noir des insectes, la plaie se refermant à la sortie du bras, puis elle balança le fameux bras au dessus de son épaule. Elle fila ses doigts sur la peau de l'Empereur, afin de vérifier que la blessure s'était bel et bien guérie, puis monta son regard sur le visage lumineux du grand guerrier, et, approchant son visage du sien, l'embrassa...

Qu'il crève, le père! Elle en avait rien à foutre de lui, ce n'était qu'un vieux sénile! À mort, l'honneur, elle aimait! Elle était en amour, et c'était bien plus important que de venger son imbécile de père!

Qu'il crève, le frère! Il n'avait eu qu'à être là, avant. S'il n'était pas parti avec leur conne de mère, il aurait pu l'avoir, son maudit trône! Maintenant, c'était son amour, son époux, son âme-sœur, le souverain légitime!


― «Je vous aime...»
L'Empereur ne répondit rien. Il n'y avait rien à dire de toute façon...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

(Belle histoire d'amour, hein? XD)

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNN!!!!!!!!!!!!!!!!! J'aurais d'autres trucs à dire, mais j'ai comme pas le courage pis j'ai déjà trois posts >______________<
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Vo Ere se retrouva à nouveau à la case départ. Il ne sait pas pourquoi ― par pitié, sans aucun doute ― il ne sait pas comment ― sûrement qu'elle l'avait cherché partout avec sa télépathie, quelque chose du genre, il ne connaissait pas vraiment ses pouvoirs même s'il avait ses mémoires― mais Vo Eci l'avait retrouvé, et lui avait redonné son bras. Il dû lui avouer que contrairement à elle, il n'était pas fort en guérison et elle lui avait donc reformé son corps.

C'est avec amertume qu'il apprit son mariage avec l'Empereur, légitimant ainsi l'ascension de ce dernier au trône. Après tout, il avait épousé une princesse tanieth, l'une des héritières au trône d'Irianeth... Il était parfaitement normal qu'il soit ainsi le souverain. Il était le co-règnant avec sa sœur. Il avait prit son héritage en toute légalité. Vo Eci avait raison : il n'avait eu qu'à se pointer plus tôt. C'était entièrement de sa faute... et celle de sa stupide d'Immortelle de mère qui l'avait abandonné ici! Il n'y avait rien pour lui sur ce continent... La seule chose qui l'intéressait, c'était Marrhyigor. Irianeth, Enkidiev, les Territoires des Pardusses, les îles des animaux-humains, le continent sacré des elfes... Tout cela n'était qu'une perte de temps. Il voulait partir d'ici, et au plus vite!


― «Et tu crois qu'ils vont te laisser gouverner comme cela? Qu'ils vont accepter un pur étranger comme cela?»
― «Je suis un maître-magicien, Vo Eci, et tu n'as pas de leçon à me donner; toi avec, tu as épouser un pauvre taré venu de nul part!»
Vo Eci soupira.
― «Ce n'est pas pareil... C'est mon âme-sœur!»
― «Et alors? Tu te crois supérieur à moi, peut-être? Tu penses que tu peux être la seule à avoir comme âme-sœur le futur Empereur?»
― «Oui» répondit en toute franchise sa sœur, sans réfléchir une seconde à sa réponse.

Vo Ere en étant mécontent.
Mais il comprenait.
Elle avait raison.
Il ne pouvait pas partir ainsi.
Pas tout de suite.
Il devait attendre d'être plus fort...

Commença alors une longue série de rencontre entre les deux jumeaux, rencontres qui n'avaient comme unique but de s'entraîner avec leurs pouvoirs magiques. Après tous, ils étaient les seuls maîtres-magiciens du continent, et chacun avec les forces des faiblesses de l'autres. Vo Eci montra à son frère la guérison et celui-ci lui montra le contrôle des éléments. Il lui montra la télépathie, elle lui montra la télékinésie. Ils découvrirent tous les deux leurs pouvoirs personnels respectifs ensemble : elle, était la reine des morts, la damnée des âmes perdues, l'élue des passés, cachée derrière tout, invisible aux autres, dirigeant et ordonant. Lui, il était le temps. Il était la mémoire. Il pouvait maintenant lire les mémoires dans les pensées, s'appropriant du temps à une vitesse telle qu'un simple coup de poing transperçait la chair, tellement que le choc de la vitesse était trop lourd à supporter. Ses coups étaient mortels, et il était invisible aux yeux des autres, courant trop vite, mais Vo Eci n'avait aucune misère à le repousser. Après tout, contrairement à lui, elle n'était pas sur le champ de combat. C'était ses morts qui faisaient tout à sa place. Et, comme cela n'était pas suffisant, elle pouvait matérialiser ses armes, qui étaient de longues portées, pouvant tenir tout à distance. Et si la personne était trop près d'elle, elle n'avait qu'à se téléporter...

Bref, une vingtaine d'années plus tard, lorsqu'ils eurent près de quarante ans, Vo Ere décida que cela en était assez, qu'il était assez puissant pour conquérir le monde entier. Cela pouvait paraître étrange, sa relation avec sa jumelle n'étant pas la meilleure, mais il avait décidé de rester sur Irianeth dans le seul et unique but de parfaire ses pouvoirs avec elle, la jugeant seule digne de lui, de s'entraîner en sa présence. Il se fichait complètement d'elle, par contre; s'était-elle améliorée, pendant toutes ces années? Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire? Elle n'était, après tout, que l'Impératrice d'un continent déchu de minables, une putain de servante à un imposteur. Âme-sœur, destinée, amour, plein d'excuses qu'elle inventait pour cacher son infériorité à lui. L'important, c'était qu'il puisse s'imposer à Marrhyigor, la vraie puissance numéro un du monde! Après... peut-être qu'il sauverait sa sœur des abysses, même si, comme sa mère lui avait dit dans le passé, elle était perdue à jamais...

Il disparut donc, du jour au lendemain, sans que personne ne sache où il soit. Vo Eci perdit complètement contact avec lui, préférant plutôt élargir son empire avec son mari, bâtissant sur les ruines d'Amecareth pour reformer la puissance d'autrefois, pour même la surpasser. Son mari avait commencé à fréquenter les terres des humains, fertillisant certaines femelles pour donner vie à des hybrides supérieurs qui formeraient leur élite et rapportant des esclaves pour servir leur Empire, afin de le rendre plus puissant. On reconstruisa une élite assez puissante pour que les insectes se sentent en confiance, former de sorciers forts, mais fidèles ― on ne voulait plus revoir de sorciers qui trahissaient leurs rois. On réussit même à reprendre le contrôle absolu sur l'île des lézards, s'assurant de leur loyauté et mélangeant leur sang à ceux des insectes.

Certes, ceci n'était que le début, on ne pouvait pas conquérir le monde en une vingtaine d'années, mais leurs actions étaient si pertinentes que, pour une première fois, les insectes dotés d'intelligence appuyaient le couple impérial, leur jurant fidèlité sans aucune hésitation. Même les esclaves, dont certains, plus égaux que les autres, s'étaient vu offrir une reconnaissance sociale, certains devenant des concubins, impériaux ou sorciers, d'autres devenant des soldats d'élite. Bien sûr, il y avait toujours des gens qui refusaient de se faire conquérir par une nation inconnue, voulant à tout prix revenir dans leurs maisons et se rebellant, pour finir exécuter, mais ça, c'était le problème de toutes les nations du monde...

Bref, Irianeth était prêt pour reprendre sa guerre incessante contre Enkidiev, mais avant que l'Empereur Noir puisse montrer publiquement ses intentions de guerre, l'Impératrice Noire eut la surprise d'une visite hautement catastrophique. Les mémoires des cieux apparut dans sa chambre, n'ayant rien oublié d'Irianeth malgré tant d'années d'absences. Cependant, il n'arriva pas en vainqueur, loin de là même; il était complètement affaibli, en sang ― heureusement, il n'avait perdu aucun membre ou organe, mais avait de profondes cicatrices qui ne partaient pas facilement.


― «Vite, guéris-moi, vite!» s'écria Vo Ere en s'accrochant à sa sœur, qui planta son index droit dans le front de son jumeau, une vive lumière lilas l'entourant complètement. Cependant, pendant la guérison, Vo Eci s'était rendue compte qu'il y avait présence d'un deuxième sang, d'un sang contaminé... qui n'appartenait pas à une race ― ou du moins, pas à une qu'elle connaissait. Il était, heureusement, frais de quelques instants ― sûrement que son frère s'était téléporté en urgence sur le coup de la blessure, afin d'éviter que le sang se mélange au sien. Étant une bonne guérisseuse, Eci n'eut aucun problème à détruire le sang inconnu, et ainsi éviter que son frère... meurt?

― «Mon sang est pur?»
― «Idiot d'Immortel!»
― «Je ne supporterais pas que mon sang pur soit taché par ces monstres d'enfoirés! Si quelqu'un doit contaminer une autre personne, c'est bel et bien moi!»
― «Tu n'avais qu'à ne te pas frotter à leur Empereur.»
― «Je ne l'ai jamais vu.»

Vo Eci se retourna vivement vers son frère, le dévisageant avec un air complètement ahuri. Celui-ci lui répliqua avec un regard plutôt perdu, qui faisait pitié même, qu'elle ne lui connaissait jamais. Qu'est-ce qu'ils avaient fait de son frère, ces enfoirés de marrhyigoriens!? Où était le sombre idiot qui se croyait supérieur à tout le monde, même à son mari, le puissant Empereur d'Irianeth? (Bon, ok, elle devait lui laisser le sang, son mari n'était peut-être pas un dieu, il n'était peut-être pas le fils d'un Immortel, mais il est Empereur, lui, au moins!).

― «Je ne l'ai jamais vu...» répéta le frère en baissant la tête vers le sol, l'air honteux, la voix tremblante de douleur, et la sœur comprit qu'il s'était passé quelque chose de mal sur ce troisième continent, ce troisième empire...

Vo Ere avait plus ou moins entendu parler de Marrhyigor, et y avait été quelques fois avec sa mère, dans les villages pardusses, race qui existait aussi sur Enkidiev, et qui était ― il l'avait appris à ses dépens ― la plus docile, la plus pacifique. Et elle était plus féroce que les insectes... Il avait longuement admiré ces guerriers sans peur, téméraire, qui ne connaient pas l'hésitation, et encore moins l'honneur... De vraies brutes sauvages qui tuaient parce que cela était amusant. Même sur Irianeth, on n'était pas comme cela : on tuait pour survivre, tout simplement. Là-bas, il n'y avait que ravages sur ravages, les peuples s'entretuant entre eux, afin de n'avoir que les plus puissants.

Lorsqu'il s'était rendu là-bas, vingt ans plus tôt, il avait fait la découverte des démons, des lycanthropes et des vampires, races que Madonna n'avait pas voulu montrer à son fils lorsqu'elle s'était rendu compte de son vif intérêt pour la violence. Pour elle, il n'était pas question qu'il soit influencé par ces machines à tuer. Il fallait qu'il soit bon, avant tout, et lui présenter une telle horreur serait une si mauvaise influence qu'elle jugeait qu'il perderait la raison. Peut-être que... finalement, elle avait bien fait de cacher, de ne pas l'inciter à s'allier à Marrhyigor, car ils n'avaient aucune, mais alors réellement aucune intention de se faire des amis ailleurs.

Ses souvenirs de ce continent constituaient d'un petit village tout mignon, qui, lors de son apparition, était en fumée. Il n'y avait aucune âme qui vivait. Vo Ere y était tout de même rester quelques mois, s'improvisant archéologue en déterrant les ruines du village, au cas où il y aurait des objets particuliers et importants qui l'aideraient à monter sur le trône, ou des textes qui lui permettraient de se familiariser avec les peuples de la région. La seule chose qu'il trouva, à part de la petite vaiselle et des trophées de chasse, fut une boîte en un matériau dur, intact, complètement noir. Il ne sût ce que c'était, ni même son contenu, mais il fut fasciné par la chose; il s'y trouvait à l'intérieur de la boîte deux petits cristaux, au centre noir, vide même. Pourquoi deux bêtes petits cristaux étaient si magnifiques qu'il dû les percer, à la pointe, pour se faire des boucles d'oreilles? Il ne le sut jamais, mais c'était si tentant...

Bref, il devait commencer son ascencion au pouvoir.

En dehors des ruines se trouvait une vaste forêt gigantesque, qui ne semblait jamais vouloir se terminer. Il n'avait pas trop le choix de passer à travers d'elle, même si elle était plus glauque que les cellules des esclaves tanieths, qui devaient faire leur besoin sur eux, car, lorsqu'il répendait ses sens autour de lui, il ne repérait de la vie uniquement entres les arbres. Il s'engagea alors dans le boisé à l'odeur repoussante, ne comprenant pas qu'il sentait des corps en décomposition, laissés par-ci et par-là par des loups-garous avides de sang...

D'ailleurs, il ne le sût jamais. Après une heure de marche, il reçu un violent coup sur la tête, et il perdit connaissance.
À vrai dire, il aurait dû être mort. Seulement, il était maître-magicien. Et il avait reçu des leçons de sa sœur. Inconscient, il était capable de se regénérer, et c'était la seule chose qui l'avait sauvé.

Non, il n'avait pas été capturé par des loups-garous, loin de là, mais plutôt par des démons. Ceux-ci lui buvaient le sang en lui tranchant la peau à divers endroits, sans le croquer comme les vampires, et ils avaient été heureux de voir qu'au repas d'après, il avait repris ses couleurs et ses plaies s'étaient refermées ― pas complètement, malheureusement, mais tant qu'il pouvait fournir du sang, qu'est-ce qu'il y avait à se plaindre?
Vo Eci
Vo Eci
Impératrice noire

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Rang : Impératrice Noire d'Irianeth
Relation : L'Empereur Noir d'Irianeth et Vo Ere le Banni
Date d'inscription : 16/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Vo Eci le Sam 18 Oct - 1:45

(Cette présentation est tellement faite pour être plagiée... Les admins n'auront jamais le courage de tout lire ça >__<)

Vo Ere y passa donc de nombreuses années dans le coma, la chaleur ― les démons vivaient après tout près du volcan du continent... ― et le manque de sang l'affaiblissant considérablement, il n'avait pas pu faire mieux malgré ses pouvoirs de maître-magicien. Il doutait même qu'un Immortel aurait pu faire mieux à sa place (mais ça, c'est parce qu'il se pense mieux qu'eux, bien entendu...). Après tout, il était tout aussi insecte que Vo Eci. Ils ne supportaient pas la chaleur intense...

Heureusement pour lui, pour ainsi dire, les loups-garous et les pardusses avaient déclaré la guerre contre les démons, alliés aux vampires, et les créatures des enfers avaient besoin de tous ses hommes ― et il s'avère que Vo Ere est un homme, contrairement à sa sœur... On fit donc congé de lui, le laissant se reposer pour reformer tout son sang et ses énergies, puis, dès qu'il ouvrit ses yeux ― pour la première fois en une dizaine d'années! ― on le redressa sur ses pieds, ne lui permettant pas qu'il recouvre de toutes ses blessures, puis on le jeta sur les champs de bataille, une chaîne autour du cou, afin qu'il ne s'échappe pas chez les ennemis.

Vo Ere n'avait pas compris ce qui s'était passé à ce moment-là. Soudainement, il se réveillait d'un long sommeil, ne se souvenant même plus le nom des terres qu'il foulait et il se trouvait en plein milieu d'un champ de bataille, relié à un grand démon comme s'il avait été, pour une raison obscure, réduit à l'esclavage. Il ne savait même pas qui était l'ennemi, mais lorsqu'il voyait une lame trop près de son visage, il n'hésitait pas une seule seconde à utiliser son pouvoir sur le temps, utilisant la super vitesse de ses poings pour déchirer la chair de ses aggresseurs. Lorsqu'il se rendit compte que cette même vitesse lacérait sa propre peau, rendant ses mains complètement inutilisables, il s'effondra, le haut de son corps retenu par la chaîne qui le liait au seigneur démon en charge du jeune maître-magicien.

Lorsqu'il se réveilla une autre bonne semaine plus tard, l'air était plus humide et fraîche, signe qu'il avait changé de place. Était-il de retour à Irianeth? Pendant une fraction de seconde, il avait espéré que sa sœur le retrouve et le sauve d'une mort certaine ― car il craignait pour sa vie. Il voyait bien que ces monstres n'avaient aucune pitié pour lui... Pas parce qu'ils étaient incapables de reconnaître sa juste valeur, loin de là, il s'était bien rendu compte qu'on l'avait utilisé comme une arme, et c'était justement ce qui le dérangeait. Ces gens n'avaient pas de sentiments...

Tout d'un coup, il regrettait amèrement d'avoir refusé l'éducation de sa mère, et d'être resté sagement auprès de sa jumelle, qui lui avait proposé le poste de sorcier en chef sur leur continent ― car, eh oui, il considérait Irianeth comme sa terre natale, sa maison. Tout d'un coup, il n'avait plus tellement le goût de rester sur le continent des forts qu'il avait toujours admiré, ce Marrhyigor qui était maintenant si inaccesible... Comment pouvait-il espérer prendre la place du roi s'il était maintenu ainsi par de simples soldats de basse gamme? C'était complètement impossible, pour lui, mais bien entendu, s'il avait eu sa pleine puissance, il aurait sitôt les anéanti. Malheureusement, ce n'était pas ces loups-garous qui allaient le laisser faire...

Comment le manque d'oxygène pouvait être aussi... mortel? Vraiment, ces marrhyigoriens étaient doués pour la torture, ça, il devait leur donner au moins cette qualité. Jamais il n'aurait pensé nouer une corde de cuir autour du cou de ses victimes aussi serrées pour qu'ils aient de la difficulté à respirer ― et donc à penser. Au contraire, il les aurait tout simplement tués, puisqu'ils n'étaient pas assez forts pour lui faire tête... Peut-être qu'ils reconnaissaient sa puissance et qu'ils la craignait, qui sait, il ne voulait plus être à leurs côtés.

Le seigneur démon avait apparament été tué par les loups, et ils s'étaient emparés de lui comme trophé. Ils ne buvaient pas son sang, heureusement, et il était capable de se regénérer complètement, mais tout était si confus autour de lui... De ce qu'il se souvenait, il croyait avoir été principalement montré au peuple comme un butin de guerre, leur trésor national, puisqu'il ne se rappelait que de musiques, flots d'alcool et rires, ainsi que beaucoup de visages autour de lui.
Cela ne dura pas longtemps, car (vous remarquerez le narcissisme de Vo Ere...), étant un bel homme malgré son âge avancé ― il avait, tout comme sa sœur, l'apparance d'un homme dans la vingtaine ― sa beauté avait séduit une jeune louve, qui avait décidé de le libérer. Elle avait fuit de sa tribu avec lui, se retrouvant dans les plaines vides de Marrhyigor, loin des champs de bataille, afin qu'il reprenne ses esprits. Lorsqu'il eut retrouvé le plein contrôle sur soi-même, elle se présenta sous le nom de Celes, ce qui troubla profondément Vo Ere ― c'était après tout son dernier prénom! Elle ne lui avoua pas qu'elle avait eu un faible pour lui, mais le jeune hybride l'avait parfaitement deviné, par sa timidité excessive et ses rougissements à chaque fois qu'il dégnait lui porter attention.

Il lui raconta vouloir dominer le continent de Marrhyigor, projet que la petite Celes approuva sans retenue, pour ensuite lui avouer qu'il avait perdu espoir de tuer le roi. La lycanthrope fut étonnée et lui demanda pourquoi, lui disant savoir que sa puissance magique était au dessus de la moyenne, mais il lui raconta qu'il était le prince d'Irianeth ― ce qui n'était peut-être pas tout à fait faux... mais pas à la même importance que Vo Ere se donnait ― et qu'il voulait plutôt faire une alliance avec le continent des grands guerriers.

Celes ricana.


― «Marrhyigor? S'allier avec des purs étrangers? Vous nous connaissez pas... ha ha ha!» se moqua la louve-garou, avec un sourire denté. Vo Ere lui demanda alors pourquoi son idée était aussi ridicule qu'elle le laissait croire.

― «On est même pas capable de s'entendre avec nous-même, comment on pourrait le faire avec d'autres?» demanda-t-elle alors, et Vo Ere n'eut nul autre choix que de lui donner raison. Marrhyigor était un peuple trop belliqueux pour chercher la paix... Et même s'il proposait une attaque conjointe contre un autre continent, cela ne servirait à rien : il ne deviendrait pas plus leur roi et il mettrait en danger Vo Eci... (Pas qu'il n'avait de doux sentiments pour elle, loin de là, c'était juste une question de principe, on ne tuait pas ses jumeaux...)

― «Bon, ma venue a été un échec lamentable, j'aurais dû écouter ma sœur et m'en prendre à Enkidiev.»
― «Enkidiev? Qu'est-ce?»
― «Hum? Oh, rien d'intéressant, un petit continent de paumés. Ils ont réussi à repousser Irianeth, mais ça, c'était parce que je n'étais pas là, bien entendu!»
― «Un continent ennemi... intéressant...»
― «Oui, bon, vous m'excuserez, je dois retourner chez moi.»
― «Non! cria Celes. Elle le supplia de rester ici, afin de l'aider dans une affaire de vengeance. Apparament, lors de leur petite guerre annuelle, les pardusses l'auraient rendue orpheline et elle voulait redonner la gloire à sa famille en tuant ses assassins, or, elle ne pouvait le faire toute seule. Il y avait, d'après ces dires, quelques magiciens parmi ces assassins et ils étaient une bonne vingtaine. Vo Ere ne comprenait pas trop comment il leur avait fallu autant d'hommes pour tuer un couple, mais il ne posa pas trop de questions ― l'idée de tuer quelques bons à rien l'excitait au plus haut point.

Avec un sourire, Celes s'était élancée dans la direction des villages des pardusses, mais le maître-magicien l'arrêta dans son élan; surprise, elle lui demanda pourquoi il ne voulait pas partir immédiatement et celui-ci lui répliqua qu'il avait besoin de refaire ses forces. Pas ces forces magiques ou mentales. Ces forces physiques. Ne comprenant pas, il expliqua qu'il voulait faire de l'exercice et de l'entraînement, puisqu'il avait passé beaucoup d'années sans bouger, sans s'entraîner et combattre. Il devait donc être terriblement rouiller. Il lui demanda donc une semaine d'exercice avec elle, qui se transforma en un mois, puis en une saison, et bientôt une année.

C'était idiot à dire, mais... lui aussi... il commençait à l'aimer. À ne plus vouloir se séparer d'elle. À s'inquièter lorsqu'elle se blessait. À paniquer lorsqu'elle disparaissait de vue. À sourire lorsqu'elle s'endormait dans ses bras.
Était-ce cela, l'amour? Il aurait tant voulu que Vo Eci soit là, une seconde, juste pour lui répondre à cette simple question. Elle avait eu la chance de trouver son âme-sœur, son Empereur Noir, son amour parfait. Elle avait tombée en amour dès l'instant qu'ils s'étaient vus, voyant apparament une aura blanche autour de lui. Il ne voyait rien autour de cette jeune femme, mais... pour lui, c'était tout comme. Elle était si belle, si sublime, si délicieuse...

Cela dit, elle s'impatientait;
«quand est-ce qu'on va venger mes parents?» qu'elle répétait tout le temps, et il lui répondait «Bientôt, Celes, bientôt...»

Il était mort de trouille. Il avait cette impression que la nuit ― pourquoi une nuit? Il ne savait trop... ― où il allait faire son meurtre, quelque chose de grave allait se produire. Soit lui, soit elle, soit... sa sœur, qui sait, mais quelqu'un d'important pour lui allait mourir... Et il espérait de tout cœur que cela ne soit pas lui (car oui, il avait beau être en amour, sa personne restait tout de même plus importante que les autres!)...

Bref, il passa une autre année où il se rendit compte qu'ils étaient à leur meilleur. Elle était capable de suivre ses mouvements à haute vitesse et pouvait endurer ses coups toute la matinée. Elle avait même faillit lui crever un œil! Bref, elle était prêtre à venger sa famille. En ce qui était trait à lui, il résistait pleinement à ses pouvoirs magiques, ne se blessant qu'à partir des coups que Celes lui portait. Il invoquait son élément plus rapidement que jamais, fendant des rochers en un claquement de doigts, arrêtant sa compagne avec une main en trois secondes. Il n'y avait aucun doute, cette vingtaine de pardusse ne pouvait rien lui faire! Il allait tous les tuer en moins de cinq minutes, et ils allaient regretter leurs vies dans l'au-delà...!


― «Je suis prêt, Celes, on peut y aller...»
Il aurait pu la demander en mariage que cela aurait eu le même effet.

Bref, ils partirent vers les villages, tombant sur quelques démons belliqueux qui cherchaient des combats, puis, lorsqu'ils trouvèrent le village en question, la mauvaise impression qu'avait eu Vo Ere il y avait une année de cela lui repogna soudainement, de façon si intense qu'il en tomba à genoux, attrapant une vilaine migraine. Celes ne le remarqua cependament pas, car elle avait déjà repéré ses victimes : ils étaient tous rassemblés devant un arbre, discutant comme si de rien était. La jeune femme se transforma alors en une créature enragée ressemblant de près au loup, puis sauta vers ceux qui l'avaient déshonorée, et sa tête tomba à terre. Les guerriers, puissants maîtres du combat, l'avaient senti se précipiter dans leur dos et ils avaient tous sorti, en chœur, leur épée, pour trancher le corps de la bête sauvage en plusieurs morceaux qui s'éparpillèrent à terre. Ils ricanèrent tous ensemble, puis, au moment où ils rangèrent leurs épées, perdirent la vie en même temps, leurs cœurs percés d'une lance de glace. Ils s'effondrèrent alors, créant un joli bain de sang qui tacha les pieds de Vo Ere, fou furieux.

Les ignobles...!
Il tua le village en entier.

Le lendemain matin, avant que le soleil ne se lève, lorsqu'il se réveilla près de la tombe qu'il avait créé pour sa bien-aimée, il sentit une présence dans le village tout près, totalement inconnue. Il se rapprocha donc tranquillement des bâtiments, afin d'espionner ces nouveaux arrivés, mais avant qu'il ne put distinguer les figures noires penchées sur le sol en sang, on le griffa au visage. Il sauta alors par en arrière, formant une volée de flèches glacées devant lui qu'un homme para sans aucune difficulté. Surpris que cet inconnu puisse détourner ces projectiles magiques sans problème, il fonça vers lui à toute vitesse, son poing droit devant lui, mais encore là, l'homme saisit sa main à la même vitesse, le déstabilisant. Vo Ere s'arrêta alors pour le dévisager, rencontrant après tout le premier magicien à pouvoir utiliser la vitesse de toute sa vie, puis se vit faire un trou dans son torse au niveau des côtés, par la même technique qu'il utilisait. Paniqué, il se dégagea de son adversaire, puis forma une plaque de glace sur le sol, comme sa sœur l'avait fait lors de leur première rencontre, afin de paralyser l'ennemi, mais celui-ci pouvait aussi utiliser la glace : il la fit fondre, l'éleva dans les airs, la reforma en mille morceaux puis les balança vers le fils de Madonna. Celui-ci en bloqua la majeure partie, mais certains effleurèrent tout de même sa peau, causant de multiples coupures sur son corps et détruisant ses vêtements. Lorsqu'il rouvrit ses yeux et baissa les bras, il sut identifier l'ennemi comme un vampire... car celui-ci le mordait au cou. Il ne se contenta pas seulement de boire son sang pur et de marquer sa peau; il arracha un bout de chair, afin d'en manger. Vo Ere tituba vers l'arrière, puis, avant de marquer sa mort à jamais, se téléporta dans la chambre de sa sœur, quittant Marrhyigor à tout jamais.
Vo Eci
Vo Eci
Impératrice noire

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Rang : Impératrice Noire d'Irianeth
Relation : L'Empereur Noir d'Irianeth et Vo Ere le Banni
Date d'inscription : 16/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Vo Eci le Lun 20 Oct - 3:04

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Vo Eci soupira. Quel récit ridicule... Au moins, cela l'avait changé pour le mieux, elle supposait. Il n'était plus aussi confiant. Il savait qu'il avait des faiblesses. Mais tout de même, toute cette tristesse pour une simple fillette... Et puis, cette histoire de manque d'oxygène ne fonctionnait pas. Elle avait repéré des drogues dans son sang. Peut-être était-ce à cause de cela qu'il avait tombé en amour avec cette petite prostituée et qu'il avait été battu par un moins de rien. Il ne semblait plus être en pleine possession de ses capacités. Bref, il avait choisi le bon moment pour revenir à la maison, sinon, elle n'aurait pu rien faire pour lui. Vo Ere s'étendit sur son lit, son regard fixant le mur sur sa gauche, ne voulant pas voir sa sœur qui semblait de mauvaise humeur. Il devait se traiter de faible, d'idiot ou de elle-ne-savait-trop-quoi, mais elle espérait que c'était pour avoir perdu lamentablement contre des petits vampires, et non pas pour ne pas avoir "su protéger sa bien-aimée" ou quelque chose dans le genre! Elle soupira une nouvelle fois. Elle se concentra un moment, repéra son sorcier en chef, puis, à l'aide de sa souris, l'ordonna de se présenter dans sa chambre, avec l'aide d'un ou deux guérisseurs. Lorsque la chose fut fait, elle se retourna vers son frère, puis alla le rejoindre sur son lit, le regardant avec un air de tendresse. Il avait tant proclamé qu'il avait été le premier à respirer, mais elle avait tellement l'impression d'être la grande sœur, la remplaçante maternelle, la mature, la nounou même. Il était si immature, parfois... Il fallait qu'elle s'occupe de tout, vraiment! Elle passa alors un doigt sur le nez de son frère, qui n'eut aucune réaction et elle baissa le visage avec un regard attristé. Vraiment, ce nouveau continent l'avait complètement transformé... Il ne semblait pas plus mature, juste... autre chose. Sûrement les drogues.

― «Vous nous avez demandé, Votre Excellence?» demanda alors l'un de ses sorciers, le plus timide et le plus doux ― le meilleur en ce qui était pour la guérison, pour tout ainsi dire ― en compagnie de son chef. Vo Eci releva la tête vers eux, puis se leva de son lit pour se diriger vers l'entrée de sa chambre.
― «Endormez-le.» fit-elle alors avec sa voix polaire habituelle, sans jeter un seul regard à son jumeau.
― «Quoi? Vo Eci... Qu'est-ce que tu fais?» se réveilla alors son frère dans un bond, pour ensuite s'élancer vers elle lorsqu'il vit qu'elle n'eut aucune réaction. Les sorciers le saissirent alors, le chef plaçant sa main sur les voies respiratoires du jumeau afin de l'endormir avec une drogue. Celui-ci se débattit.
― «ECI!» cria alors Vo Ere, dans un ultime désespoir de rammener sa sœur à lui avant de sombrer à nouveau dans un sommeil profond.
― «Nettoyez son sang, s'il vous plaît... et identifiez-les, si possible...» rajouta alors l'Impératrice Noire avant de laisser les sorciers s'occuper de son frère, pour aller rejoindre ensuite son mari dans la salle du trône.

Les deux majestueuses portes de la salle de trône s'ouvrèrent donc sur l'Impératrice Noire, dans une lenteur telle que les petites femmelettes de l'Empereur eurent largement le temps de s'enfuir avant que Vo Eci ne les eut remarquées. La première femme se dirigea vers son mari afin de s'asseoir sur ses genoux, entourant son cou de ses longs bras fins puis posa un doux baiser sur ses lèvres, pour ensuite lui expliquer sa venue. Elle lui raconta dans quel état était son jumeau de maître-magicien, tout fraîchement de retour de Marrhyigor, résumant son récit quelque peu farfelu et l'étonna en lui apprenant l'existance d'un nouvel ennemi.


― «Pardonne-moi, mon chéri, mais... je crois qu'Enkidiev n'est qu'un microbe comparé à ce continent. Je crois que tu devrais plutôt te préparer pour repousser Marrhyigor, car s'ils savent qu'il y a d'autres territoires à tuer...»

L'Empereur Noir d'Irianeth soupira suite au commentaire de son épouse principale; elle avait raison ― comme toujours, d'ailleurs, elle n'était pas sa meilleure conseillère pour le rien, après tout ― si on pouvait blesser à ce point un maître-magicien d'un niveau supérieur à lui et Vo Eci, ils allaient avoir quelques ennuis, puisque son idiot de beau-frère s'était pointé là-bas pour faire de la publicité à propos de leur continent. Si ces gens aimaient autant le sang, ils n'allaient pas hésiter à s'allier tous ensemble pour éliminer les insectes, puis les humains... Arg... Tant qu'ils ne devaient pas s'allier à ces stupides créatures... Non, vraiment, l'idée d'un continent supérieur à le sien ne le réjouissait vraiment pas, mais ce n'était pas si grave, puisqu'il avait été averti et que les insectes allaient se préparer à la venu d'un deuxième adversaire. Ils allaient devoir attendre pour attaquer Enkidiev, peut-être, mais s'ils annexaient Marrhyigor avant... Les humains ne poseraient aucun problème ― que disait-il, aucun peuple n'allait pouvoir résister à lui! Une armée de démons suceurs de sang... intéressant...

― «Merci, ma chère épouse, de m'avoir prévenu. Je vais repousser mes plans de conquête pour plus tard, quand mes soldats seront parfaits!» lui répliqua-t-il alors avant d'éclater de rire, sur ce la belle maître-magicienne le quitta pour retrouver son frère. Celui-ci était toujours profondément endormi, trois sorciers l'entourant complètement. Vo Eci les dégagea afin de pouvoir regarder Vo Ere, qui semblait mort à être complètement immobile. Deux des trois sorciers reculèrent, tandis que le chef s'approcha de sa reine, l'air inquiet.

― «Votre Excellence... Il y a quelque chose de bizarre avec... je ne sais trop quoi.»
― «Vous ne savez trop quoi.»
― «Oui... Enfin... O-oui, mais euh...»
― «Mais c'est que je ne tolère pas cette hésitation.»
― «C'est ses boucles d'oreilles. Les petits cristaux. Ils prennent son énergie, je ne sais pas comment.» soupira finalement le sorcier en chef, en pointant machinalement son frère tout en haussant les épaules, visiblement dépassé par les évènements. Sa remarque attira l'attention de l'Impératrice sur l'Ère, n'ayant pas remarqué ce petit changement dans son apparance : il y avait bel et bien deux petits cristaux parfaitement translucides aux oreilles de son frère, avec à l'intérieur de chacun d'entre eux un petit mince cylindre complètement noir. Cela l'intrigua et, par pur impulsion, s'en appropria d'un, celui de la droite. Une violente succion d'énergie se fit alors au contact du cristal à sa main, attirant son corps sur celui de son frère tellement que l'attrait était énorme. La douleur était telle qu'elle planta ses griffes dans le torse de son frère et lui arracha le cristal de son oreille, brisant la mince chair et le réveillant avec un hurlement. Vo Ere le traita de tous les noms, horrifiant les sorciers, tandis que Vo Eci, soudainement pleine de vitalité, dévisagea le petit bijou dans sa main; le cylindre était devenu vert forêt, comme la chevelure de son jumeau. Elle examina le cristal qui était resté en possession de ce dernier; il était devenu mauve comme sa peau... Enfin, peu importe, elle garda de côté ce petit bijou afin de s'adreser à Vo Ere.

― «Vo Ere Memore Celes d'Irianeth, tu es banni à vie de ta terre natale pour y avoir attiré un grand danger potentiel. Tu seras désormais connu sous le nom de Vo Ere Memore Celes le Banni, et tu n'auras en aucun cas le droit de te nommer de cette terre, peu importe à qui tu t'adresses. Tu as jusqu'au lever du soleil, c'est-à-dire deux heures, pour quitter ce continent. Tu as le droit de t'exiler sur le continent de ton choix.» déclara alors l'Impératrice Noire sur un ton terriblement froid et distant, comme si elle s'adressait à un pur étranger, comme si les liens de sang et les années qu'ils avaient passé ensemble à s'entraîner n'existaient plus. Elle le regardait du haut, avec des yeux vides d'émotions, comme si cela ne l'affectait aucunement, mais son cœur était déchiré en deux. La douleur était insoutenable, car la magie des cristaux s'oppérait déjà... Vo Ere, guérissant son oreille en sang, la regarda de la même manière, faisant semblant de ne pas être affecté par son bannissement, sans ciller une seule fois des yeux, puis finit par déclarer le mot magique : «Parfait.» Et il disparut.

Ce fut la dernière fois que Vo Eci vit son jumeau.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


― «Je crois qu'il est temps.» fit alors l'Empereur en serrant sa femme dans ses bras pour ensuite lui arracher un nouveau baiser. Vo Eci souria, puis le laissa couler ses lèvres sur son cou. Elle soupira; grâce au petit cristal qui avait affaiblit son frère, elle pouvait le rejoindre télépathiquement partout sur le monde, mais il n'a jamais voulu lui dire où il se trouvait. Elle l'avait accusé pendant de longs mois d'être sur Irianeth, puis il se tanna et lui déclara qu'il ne se trouvait jamais au même endroit, et qu'il était présentement sur l'Île des Lézards. Elle lui avait alors dit qu'il se trouvait dans l'Empire d'Irianeth et que cela lui était interdit, pour se faire ensuite répliquer qu'elle n'avait précisé que leur terre de naissance et qu'il était en toute légitimité de se trouver parmi les lézards de l'Empire. Il avait alors coupé les communications pendant de plusieurs semaines pour ensuite s'exuser, tout en répétant qu'il voyageait constament, en recherche d'une terre pour apparament s'installer ― elle ne le croyait pas. Son frère ne pouvait vouloir que deux choses : retrouver sa vie sur Irianeth et se venger des Marrhyigoriens, et pour cela, il trouverait ses armes sur Enkidiev... Et voilà maintenant, vingt ans après l'exil de Vo Ere, que son mari se sentait enfin prêt à attaquer les humains, sans être surpris par Marrhyigor si jamais celui-ci décidait d'interférer dans ses plans.

― «Alors?» demanda son mari, ce à quoi l'Impératrice souria.

Il était temps.

_________________


«I am the Second,
Alone in a faceless crowd,
A human caught,
In monochrome Dreams,
I scream to wake up,
My voice drowns deep Underground,
Only the Dead can hear Me,
See Me!
»
Vo Eci
Vo Eci
Impératrice noire

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Rang : Impératrice Noire d'Irianeth
Relation : L'Empereur Noir d'Irianeth et Vo Ere le Banni
Date d'inscription : 16/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vo Eci [Impératrice Noire]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum