Erin [Maitre-Magicienne d'Enkidiev]

Aller en bas

Erin [Maitre-Magicienne d'Enkidiev]

Message  Erin le Mer 15 Oct - 17:26

Royaume d'origine: Royaume des elfes
Prénom : Erin
Âge : 99 ans

Sexe : Féminin
Race : Demie-elfe
Fonction: Maître-magicienne d’Enkidiev (si possible)

Description physique : Erin de part le métissage dont elle est issue, n’apparaît pas telles une vieilles femmes voutée aux cheveux grisonnant, à la peau ridée et à la voix rocailleuse, heureusement pour elle.
La demie-elfe est physiquement comparable à un humaine d’une vingtaine d’années, on ne saurait dire avec exactitude ce qu’il en est.
Grande, Erin est pourvue de longues jambes finement galbées et d’un corps finement musclé.
De son père immortel, elle est dotée d’une peau d’un rose pâle au grain de peau fin et de longs cheveux noirs aux reflets argentés lorsqu’ils sont exposés à la lueur de la lune.
Pour le reste Erin est le parfait portrait de sa mère. Des traits fins, des lèvres voluptueuses, et un regard pénétrant composé d’yeux à l’iris bleu outremer strié d’argent et entourés de longs cils d’un noir profond les faisant ainsi ressortir.
Selon la situation Erin dispose de deux tenues.
L’une pour tout ce qui est « action ». Faite de tissu rouge et de métal d’or, elle ne recouvre que peu son anatomie mais elle lui permet d’être aussi agile qu’elle le souhaite.
Tenue de "combat"
L’autre pour le « repos ». Il s’agit d’une robe blanche sans manche aux motifs argentés complexes et d’une longue cape à capuche faite du même tissu.
tenue "repos"

Description psychologique : Erin est une demie-elfe à la joie de vivre apparente. Très joviale, elle à toujours le sourire aux lèvres même lors de situations délicates, et bien que paresseuse au réveil, une fois bien réveillée, elle peu s’avérer hyperactive.
Toujours prompte au rire et aux taquineries ce qui peut lui amener pas mal de problème, elle est tolérante, mais elle n’a pas sa langue dans sa poche et ne se retient pas de dire les choses telles qu’elle les pense pouvant faire passer cela pour de l’irrespect envers son interlocuteur (ce qui n’est pas totalement faux lorsqu’il s’agit de titiller on « ennemi »).
Erin est la dernière personne qui se vanterait de son statut et de ses pouvoirs, elle-même ne se présente pas comme Maître-magicienne mais préfère le statut de « magicienne itinérante ».
Lorsque la situation le demande, face à un ennemi ou une personne qui a réussit à la faire sortir de ses gonds, Erin devient froide et cassante ce qui contraste beaucoup avec son attitude générale et peu surprendre lorsqu’on ne la connaît pas.
Douce, elle écoute les autres avec joie mais elle, ne se confie pas, préférant garder ses peines pour elle. D’ailleurs il est rare de la voir triste car elle s’est forgée ce « masque » de bonne humeur.
Il faut noté qu’Erin s’énerve facilement sur un sujet… Son père.

Autre particularité: Côté physique Erin porte quelques bijoux dont un diadème et un collier dont elle ne se sépare jamais.
Un tatouage est visible dans le creux de ses reins, représentant un croissant de lune et un papillon stylisé.


Histoire : « L’amour. Le plus beau des sentiments comme le plus hideux.
L’amour. Celui qui vous amène bonheur mais aussi haine et désespoir…
L’amour. Ce sentiment qui rend certains plus forts et d’autres complètement aveugle au point de commettre des actes qu’ils ne se soupçonnaient même pas capable de faire.
L’amour qui se fait de passage, sans lendemain qu’on oublie vite.
L’amour qui survient subitement, intense, il est le plus dur à oublier…
L’amour…»


« Tout cela est bien beau Maître, mais vous savez que ça ne me touche pas. Il y’a une chose que tout le monde oublie lorsqu’ils parlent d’Amour. Le fruit qu’il fait naître… »

« Erin… »

« Bref passons… »


Affalée sur le dos de sa jument, les yeux rivés sur le ciel noir d’encre moucheté d’une multitude d’étoiles toutes les plus brillantes les unes que les autres, Erin ne savait pourquoi elle se remémorait cette conversation. Des dialogues avec son Maître il y en a eu à la pelle, quoi de plus logique entre un élève et son professeur ? Mais Erin ne savait pourquoi cette conversation là lui revenait en tête maintenant.
Peut-être parce que ces moments tranquilles où elle voyageait seule devenaient plus rare et que du coup cela la rendait plus nostalgique ? Sans doute que le déroulement de sa vie y était pour quelque chose…

Erin est une demie-elfe née il y a de cela presque 100 ans (mais il ne faut pas le lui rappeler), un beau jour de printemps alors que tout recommence à retrouver vie et gaité. Elle est la fille d’Idris, une elfe noble d’une grande beauté, et d’un père dont elle ne connait rien si ce n’est son statut d’Immortel. La petite fille avait beau demander à sa mère à quoi ressemblait son paternel, cette dernière lui répondait tristement qu’il s’agissait du plus beau, fort et gentil des hommes, mais pour la gamine un père « gentil » ne devrait pas abandonner sa femme et sa petite fille et les laisser dans une telle situation…

Personne n’était au courant de la relation qu’eut Idris avec l’Immortel, du moins, jusqu’à ce qu’elle ne tombe enceinte… Lorsque sa famille fut au courant se fut un désastre, car la femme elfe était promise à un autre, le mariage était déjà prévu contre le gré de celle qui devait être la mariée. Alors que celle-ci tombe enceinte alors que son promis ne l’avait pas touché… La relation extra conjugale était donc toute vue…
Le père d’Idris, bien placé étant un proche du roi, furieux, voulu renier et bannir sa fille, mais la mère, tenant trop à sa fille, supplia son mari pour ne pas faire cela. Pour ce faire elle trouva un argument de taille.
S’il extradait Idris, tous sauraient ce qui s’était passé, or s’ils la gardaient cachée dans leur demeure, ils pourraient faire croire que leur fille bien aimée était prise d’une très grave maladie et qu’elle ne pouvait quitter son lit.
L’idée fut acceptée et Idris fut placé dans la pièce la plus profonde de la demeure, là où personne ne pouvait se rendre sans que la famille ne le voit et où aucun son sortait.
C’est dans cette pièce que l’elfe mit au monde sa fille, ayant pour seule aide sa mère, et qu’Erin vécue sa petite enfance.

La demie-elfe devait admettre que si ce n’était le fait qu’elle ne pouvait gambader et jouer avec d’autres petits camarades, elle avait aimé cette époque. Elle vivait auprès de sa mère envers laquelle elle vouait une admiration sans borne et qui lui enseignait beaucoup de chose. La petite aimait surtout écouter sa mère chanter, cela l’apaisait tant…
Tout allait bien, pourtant au fil des années, Erin voyait sa mère dépérir, elle si belle et si douce, qui lui souriait toujours, lui paraissait si triste parfois… Erin comprit que s’était surtout lorsqu’elle parlait ou pensait à son père, et elle le maudissait de rendre sa gentille maman si triste au point de pleurer en cachette ou de lui faire venir les larmes aux yeux lorsqu’elle lui disait qu’elle avait les même cheveux que son papa.

Et un matin Idris n’ouvrit pas les yeux, sa poitrine ne se soulevait plus. Alertés par les pleurs et appels de la petite fille, les parents de la défunte accoururent et lorsqu’ils se rendirent compte du fait que leur fille soit morte, ils furent anéantis. Du moins dans un premier temps, car lorsqu’Erin s’était rapprochée pour tenir la main, désormais si froide, de sa mère, elle fut violemment rejetée et eut droit à une gifle magistrale. S’en suivit toutes une panoplies de remarques disant que tout était de sa faute, qu’elle n’aurait pas du naître, qu’ils auraient du se débarrasser d’elle, etc.
Erin petite fragile qu’elle était, bouleversée par la mort soudaine de sa mère et du fait qu’on s’en prenne ainsi à elle ne supporta pas la situation. Elle ressenti alors quelque chose de bizarre en elle. La fureur contre son père, contre elle-même, la tristesse, la peur… Elle devait tout extérioriser, et lorsque son grand père s’approcha d’elle, elle recula en mettant les mains devant elle et se fut comme si une énergie s’enfuit de ses mains. Son aïeul fut projeté à l’autre bout de la pièce et des lianes apparurent soudainement, la séparant de ses grands parents.

Apeurées Erin, chercha un moyen de s’enfuir, et elle eut de la chance car elle s’était retrouvée du côté de la porte que les parents de sa mère avaient laissé ouverte. Ne demandant pas son reste la petite fille sortit en courant, ne connaissant pas la demeure elle courut un moment avant de se retrouver dehors. A cause de l’adrénaline elle ne prit pas la peine de faire attention à ce qui l’entourait, elle couru, couru et couru encore, jusqu’à arrivée au cœur de l’épaisse forêt des elfes. Une fois à bout de force, elle s’effondra et sombra dans l’inconscience…
Une fois réveillée le lendemain, elle mit un certain temps avant de se remémorer ce qui s’était passé la veille, et elle resta des heures assise, les bras autour des genoux à réfléchir…
Finalement, bien que profondément triste d’avoir perdue sa mère, elle décida de vivre sa vie, elle ne savait encore comment mais pour le moment s’était seule au beau milieu de la forêt.
S’est en vivant cette vie de marginale, qu’Erin apprit à se débrouiller toute seule, à se contenter du peu et qu’elle perfectionna son lien avec la nature et les animaux. Et ainsi vécue Erin pendant elle ne savait combien de temps.

Un beau jour, alors que les feuilles des arbres filtraient les rayons du soleil, elle rencontra un homme bizarre. Encapuchonné, marchant tranquillement en chantonnant, en l’entendant Erin s’était cachée mais elle ne savait pourquoi elle se sentait attiré par l’inconnu. Lorsqu’elle fut proche de lui, il se retourna et lui envoya une attaque magique. Par reflexe elle fit érigée un mur de ronce. Etonné qu’une gamine puisse faire cela, l’étranger se présenta à Erin.
Magicien itinérant tel qu’il lui dit, il lui proposa d’apprendre à mieux contrôler ses pouvoirs qu’il trouvait déjà bien puissant, et lorsqu’Erin lui dit que s’était sans doute à cause de sn père qui était un Immortel, il ne fit aucun commentaire si ce n’est :

« Oh et bien nous avons là une bien mignonne future Maître –magicienne. »

Erin ne comprit pas le terme de Maître-magicienne, mais elle fut heureuse qu’il lui propose de l’accompagner et de lui apprendre à mieux se servir de ses pouvoirs.
Et les années passèrent, Erin reprit la joie de vivre, il fallait dire qu’elle ne s’ennuyait pas avec son « Maître », un vrai bout en train, poète à ses heures.
Un jour qu’un village subit une attaque et que tous deux luttèrent contre la menace et la repoussèrent, Erin comprit le sens mais aussi le devoir d’un Maître-magicien. A ce moment là, son Maître lui dit que le moment était enfin arrivé. Erin ne comprit pas, jusqu’à ce qu’il disparaisse devant elle en disant :

« Désolé de te laisser ainsi en plan, mais maintenant que tu as saisi l’ampleur de ton rôle, je pense que tu peux t’en sortir toute seule. Si jamais ça va vraiment mal, peut-être reviendrais-je, mais je suis sûr que tu feras des merveilles.
A une prochaine fois ! »


Finalement, Erin savait que se moment devait arriver, elle ne le vécue pas mal, et depuis elle parcourt Enkidiev, venant en aide à ceux qui sont dans le besoin, mais n’ébruitant tout de même pas qui elle est.



Famille :
Son père d’immortel qu’elle ne connaît pas.

Familier : Depuis 5 ans, Erin voyage toujours avec une jument du nom d’Isatys. Grande aux pattes fines, sa robe est baie rougeoyant, sa crinière et sa queue sont d’un noir d’ébène.

Relation: /

Pouvoirs de base :

-Guérison : Un don qu’Erin a parfaitement développé.

-Téléphatie : Rien d’exceptionnel, si ce n’est qu’Erin peut décider de s’adresser à un ou plusieurs interlocuteurs.

-Contrôle de la Terre (végétation) : En parfaite symbiose avec cet élément, Erin est capable de changer le court de la croissance de la végétation.
Les arbres parlent et ils ne sont pas les seuls, toute la végétation a droit à la parole, et une oreille qui s’y prête convenablement peut entendre ces murmures. Erin en est capable.
Faire pousser un mur de ronces en guise de bouclier ou bien des lianes pour attaquer ou immobiliser quelqu’un. Cela aussi fait parti de ce pouvoir ainsi que raviver les plantes.

-Télékinésie :
-Téléportation :


Pouvoirs spécifique :

- Télépathie animale : Poussant son don d’empathie qu’elle a hérité de sa mère et ancêtres elfes, Erin est devenue capable de comprendre l’esprit animal et de se faire comprendre par ses derniers en accompagnant ses paroles par des vagues télépathiques. Elle sait se faire très apprécier et compte de nombreux amis parmi eux.

- Illusion cauchemardesque : Il s’agit d’un pouvoir qui fit susciter le surnom de « sorcière » à Erin de par les « victimes » de cette illusion.
Se concentrant, lorsqu’Erin croise le regard de son ennemi elle provoque une illusion cauchemardesque d’une durée d’une minute.
Pouvoir éprouvant, Erin ne peut l’utiliser que 3 fois en une journée.

Armes : Un bâton pour la magie et une épée
version bâton
version épée

Autre:

-----------------------

Comment avez-vous connu le forum? : Via la pub sur « les sœurs de l’Apocalypse »

Comment trouvez-vous le forum?: Un design intéressant. J’aime beaucoup le concepte.

Autre chose à ajouter?: Chevalier le dire à tout le monde!
(et sur ce j'vais me pendre....)


Dernière édition par Erin le Jeu 16 Oct - 13:40, édité 3 fois

Erin
Maitre-Magicienne d'Enkidiev

Féminin Nombre de messages : 26
Age : 31
Localisation : Château d'émeraude
Rang : maitre-magicienne
Relation : ///
Date d'inscription : 15/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum